Accueil
Remonter
Aubeux
Gilles
Litaize
Loret
Messiaen
Niedermeyer
Pallesco

Thierry PALLESCO

Organiste de l'église St-Paul de Poitiers depuis 1999
Professeur agrégé de musique à l'Université de Poitiers (enseigne l'Harmonie) depuis 1996

Site de l'organiste-compositeur

Né en 1956, Thierry Pallesco a travaillé l'orgue avec André ISOIR (ENM d'Orsay : Médaille d'or en 1980), Rolande FALCINELLI (CNSM de Paris : 2d Prix en 1983). Il est titulaire de la carte professionnelle des artistes musiciens des cultes de Paris avec la qualification d'organiste de grand-orgue.

Il s'est distingué en Harmonie avec Roger BOUTRY (CNSM de Paris : 1er Prix en 1980), en Contrepoint avec Jean-Paul Holstein (CNSM de Paris : 1er Prix en 1981) et en Fugue aavec Michel Merlet (CNSM de Paris : 1er Prix en 1982).

Au piano, il a été professeur assistant de Madeleine Chacun au CNR de Versailles et a obtenu le Premier Prix d'Excellence du Concours L. Bellan en 1977 et le Second Prix du Concours Bach-Albert-Lévêque en 1976

Il a été organiste titulaire de la Cathédrale de Corbeil-Essonnes, de 1984 à 1987. Organiste à Dompierre-sur-Besbre (grand orgue numérique de 3 claviers), dans l'Allier, de 1994 à 1997 et suppléant à Garches (1987 - 1994)

Il est aujourd'hui avant tout compositeur :

Finaliste du Concours de Composition des Amis de l'Orgue en 1984, il a notamment publié :

 3 pièces d'orgue éditées chez Lissett au Canada ("Harmonies en Paradis", "Variations" et "La Femme de l'Apocalypse", introuvables aujourd'hui, mais photocopies possibles en demandant à l'auteur)
Toccata "Christ a vaincu la mort", pour orgue (1988) éditée chez Heinrichshofen, réf. N2145 (disponible)
de nombreuses autres pièces d'orgue disponibles sous forme de photocopies de manuscrits (demander à l'auteur)

Une brève critique de la Toccata éditée en Allemagne figure dans la revue "l'orgue", N°217 de janv./fév./mars 1991, page 39. :

"Ecrite en hommage à Jeanne Demessieux, cette page brillante et de construction symétrique, s'inscrit dans la tradition de la toccata symphonique : un langage moderne, mais qui conserve des assises tonales, des motifs conducteurs, des impératifs rythmiques propres aux lois du genre." F.S. (François Sabatier).

"J'ai appris la composition tout seul. Je pense que S. Rachmaninov et Jehan Alain ont eu raison de penser que la musique ne doit pas être ennuyeuse (Alain) et que l'on doit retenir une mélodie après la première écoute d'une oeuvre (Rachmaninov). Et puis, je pense encore aujourd'hui, comme S. Prokofiev à son époque, que l'on peut toujours avoir quelques idées musicales à exprimer en do majeur, si on les entend comme cela dans sa tête (certains compositeurs entendent-ils seulement encore des choses à notre époque ?). Il résulte de tout cela que je n'aime pas écrire des oeuvres longues (et je n'aime pas en écouter). Une oeuvre intéressante demeurera intéressante ;  une oeuvre ennuyeuse demeurera ennuyeuse et ce n'est pas le fait d'écrire un bouquin de 200 pages pour expliquer son élaboration qui la rendra moins ennuyeuse (je ne vise personne... à peine). Comme Debussy, je ne m'intéresse pas trop à l'analyse des oeuvres ; encore une fois, ou une oeuvre passionne tout de suite, ou elle ennuie à tout jamais. Certains organistes qui improvisent devraient apprendre aussi à faire plus court, parfois, quand seulement ils n'imitent pas sur leur instrument un avion qui décolle de Roissy... Comme les effets peuvent cacher la misère !

"Au sujet de l'improvisation liturgique, j'ai un avis assez personnel sur la question. Il faut d'abord vous dire que mon épouse m'a fait connaître au début de notre rencontre le Renouveau charismatique et son attachement si particulier à l'Esprit-Saint. Je pense qu'un organiste qui, par nature, doit servir la liturgie, ne doit pas improviser au cours de l'office en utilisant un langage musical par trop contemporain et donc réservé seulement à un public initié. En effet, la musique liturgique est là pour toucher le coeur des fidèles. Pour toucher leur coeur, la musique doit être comprise sur le champ par la majorité d'entre eux, venue pour prier ... et non pour entendre un maudit avion décoller, ou autre chose du même genre. Je n'y peux rien, mais le niveau musical des fidèles est pauvre et l'organiste, qui devrait partager sa foi avec eux, doit s'adapter à leur faible niveau musical et non leur imposer une éducation de l'oreille pendant l'office. Un exemple précis : la Bible est la parole du Seigneur qui peut réconforter. Pourrait-elle réconforter un homme si elle était écrite en chinois et que cet homme ne sache pas lire le chinois ? réponse : NON !! (tous les organistes concernés peuvent méditer cette parole de bon sens).

"Pierre Labric : tout le monde organistique le connaît pour avoir enregistrer notamment, et le premier, l'intégrale de l'oeuvre pour orgue (si redoutable, techniquement parlant) de Jeanne Demessieux. Depuis peu, je sais qu'il s'est retiré dans une maison de retraite, près de Rouen. Maxime Patel, son élève (qui joue aussi tout Demessieux), pourra vous en dire plus à son sujet."

Thierry Pallesco - Octobre 2000

Octobre 2002 :

L'intégrale des oeuvres pour orgue est éditée et disponible, notamment chez Delatour, en 3 volumes + une dernière pièce séparée : la Suite en Fa
(Le Christ a vaincu la mort est toujours édité en Allemagne chez Heinrichshofen)

Pour tout contact :    Thierry Pallesco
 

 (Accueil) (Recherche) (Fréquentation) (Auteurs) (Nous écrire)  (Haut de page)