Accueil
Remonter

Eglise Saint-Thomas d'Aquin
Paris 7ème

(dernière mise à jour : 29/10/03 )

L'église : Histoire - Architecture - Paroisse
Le grand-orgue : Histoire - Organiste - Composition
Récitals
: Saison 2001-2002

L'église

Histoire

1631    Installation du premier couvent dominicain dans le faubourg Saint-Germain
1632    Construction de la chapelle Saint-Dominique à l'angle de la rue du Bac et du chemin des Vaches (aujourd'hui boulevard Saint-Germain)
1682    Construction de l'église actuelle, sur les plans de l'architecte Pierre Bullet. La première pierre est posée par la duchesse de Luynes et bénite par un dominicain, Hyacinthe Serroni, archevêque d'Albi
1683    Consécration de l'église Saint-Dominique
1722    Construction du choeur des religieux, aujourd'hui chapelle Saint-Louis
1735-1739    Construction du couvent qui abrite le noviciat des Dominicains, appelés encore "Jacobins" (leur première maison était rue Saint-Jacques).
1766    Construction de la façade de l'église, selon les dessins du frère Claude, religieux du couvent
1791    L'église du couvent est érigée en paroisse (en même temps que Saint-Germain des Prés) sur l'ancien territoire de Saint-Sulpice, et placée désormais sous le patronage de Saint Thomas d'Aquin.
1793    Expulsion des religieux
1796    Les bâtiments conventuels abritent le musée de l'Artillerie, premier musée militaire
1797    L'église, Temple de la Paix, est concédée aux "Théophilantrhropes", puis au Club des Jacobins
            Les fonts baptismaux auraient été érifgés en 1797 et bénis en 1798 (3 Frimaire an VI)
1802    L'église est rendue au culte catholique
1803    (21 Prairial An XI - 10 juin) Baptême de Joséphine de Marescot - Parrain : Napoléon Bonaparte - Marraine : Joséphine Tascher de la Pagerie, qui ont signé le registre paroissial
1804    (26 décembre) Le pape Pie VII célèbre la messe à Saint-Thomas d'Aquin
1841    Exécution des peintures murales de Blondel, au fond de la chapelle Saint-Louis
1845    Coupole
1848    Actuel autel Saint-Vincent de Paul
1851    Autel de la Sainte-Vierge, du même Blondel
1887    Sur le mur du fond de la chapelle Saint-Louis, portrait de Saint Louis, par Luc-Olivier Merson
1902    Réalisation des verrières par Dideron et Langlade
1950    (25 avril) Nouvelle consécration de l'église para Mgr Feltin, archevêque de Paris

Architecture

Voir la brochure "Musique et Patrimoine" consacrée à l'église par la Mairie de Paris - Direction des Affaires Culturelles - 15 janvier 1995

  

Paroisse

Place Saint-Thomas d'Aquin
adresse postale : 1 rue de Montalembert - 75007 PARIS
téléphone : 01 42 22 59 74
fax : 01 45 44 16 95

Le grand orgue

Histoire

Le grand orgue de Saint-Thomas d'Aquin est dû à François-Henri Cliquot qui le termina en 1771. Dans un buffet exécuté en 1769 par François-Charles Butteux, cet instrument de 16 pieds était composé de 38 jeux répartis sur 4 claviers et pédalier, alimenté par 5 soufflets et doté de 2 timbales en bois. La façade du "grand corps" comportait 5 tourelles et 4 plates-façades, la façade du positif 3 tourelles et 2 plates-faces.

En 1795 (arrêté du 29 Floréal an III - 18 mai 1795), on procéda au démontage complet de l'instrument - buffet, tuyaux et mécanique - qui fut transporté au Panthéon afin d'y être remonté, enrichi de l'orgue des "ci-devant bénédictins anglais" de la rue Saint-Jacques (actuellement Schola Cantorum) construit par Robert Cliquot en 1685. Ce projet resta sans suite.

En 1802 (?), année de l'érection canonique de l'église en paroisse sous le vocable "église Saint-Thomas d'Aquin" (ordonnance du 7 mai 1802), Pierre Dallery remonta dans son lieu de construction, mais avec d'importantes modifications, l'orgue de François-Henri Cliquot qui comporta désormais 32 jeux, soit 7 jeux de moins que l'instrument d'origine, et 3 claviers, au lieu de 4.

Aucun travail important ne fut exécuté durant la première moitié du XIXème siècle, sion un relevage par Pierre Dallery en 1842 pour la somme de 6 800 francs.

En 1861, l'abbé Debeauvais, curé de la paroisse, averti de l'urgence d'une restauration et désireux par ailleurs de transférer le choeur de chant dans la tribune du grand orgue, décida de confier cette tâche au célèbre facteur d'orgue Aristide Cavaillé-Coll, qui entreprit une restructuration complète de l'instrument : supression du positif de dos, déplacement du grand buffet d'un mètre, transformation complète de la mécanique, dotée d'une machine Barker, construction d'une nouvelle console de 3 claviers, redistribution du matériel sonore ancien réparti sur 34 jeux. De Cliquot, 2 jeux seulement furent conservés.

En 1968, une restauration complète fut conféie à Kurt Schwenkedel qui, s'inspirant du cahier des charges, proposa une reconstruction de l'instrument dans une esthétique classique en réutilisant une grand partie de la tuyauterie. Le positif de dos fut reconstitué, le grand buffet avancé d'un mètre. La console dite "en fenêtre" de 4 claviers manuels, dont les notes étaient actionnées mécaniquement, recouvra sa place primitive. Les travaux, achevés en décembre 1971, s'élevèrent à la somme de 223 000 francs, répartis de façon égale entre la Ville de Paris, maître d'oeuvre, et la paroisse Saint-Thomas d'Aquin qui, par l'intermédiaire d'un comité de restauration présidé par l'abbé Lucien, curé lança une souscription à laquelle répondirent de généreux donateurs.

En 1994, à la suite des travaux de nettoiement de l'intérieur de l'église, Mülheisen effectua une remise en état portant sur l'amélioration du toucher et l'égalisation de l'ensemble des fonds, des pleins-jeux et des anches.

L'orgue de Saint-Thomas d'Aquin est désormais l'un des orgues parisiens les mieux adaptés à l'interprétation de la musique ancienne.

                                                                                                        Arsène Bedois, 14 juin 1999

   

Organiste

Arsène Bedois

Composition

http://myweb.worldnet.net/~chapelet/orgue/thdaquin.htm
http://orgue.free.fr/a7o13.html

Récitals : Saison 2001-2002

Dimanche 18 novembre 2001 - 17 heures
Bruno Mathieu
Paris

Dimanche 9 décembre 2001 - 17 heures
Patrick Delabre
titulaire du grand-orgue de la cathédrale de Chartres

Dimanche 27 janvier 2002 - 17 heures
Arsène Bedois
titulaire du grand-orgue de Saint-Thomas d¹Aquin

Dimanche 10 février 2002 - 17 heures
Pierre Perdigon
titulaire du grand-orgue de Saint-Louis de Grenoble

Dimanche 17 mars 2002 - 17 heures
Anne-Lise Vuilleumier
organiste à Morges (Lausanne)

Dimanche 7 avril 2002 - 17 heures
Brice Montagnoux
organiste à Saint-Maurice d¹Annecy
lauréat 2001 (classe d¹orgue)
du Conservatoire national supérieur de musique de Lyon

Dimanche 26 mai 2002 - 17 heures
Michelle Leclerc
titulaire du grand-orgue de la cathédrale de Sens

Dimanche 16 juin 2002 - 17 heures
Frédéric Blanc
titulaire du grand-orgue de Notre-Dame d¹Auteuil
Entrée libre. Renseignements : 06 63 60 61 36

 (Accueil) (Recherche) (Fréquentation) (Auteurs) (Nous écrire)  (Haut de page)